PERP : comment optimiser la sortie en rente ?

On le sait, que ce soit sur un PERP ou un autre placement, les Français n’aiment pas les rentes. Et, les simulations faites par les assureurs et les banques leur donnent raison ! Si on retient que ces derniers utilisent obligatoirement la table de mortalité TGF 2005, celle-ci calcule l’espérance de vie à 31 ans après 65 ans pour un homme en 2016. Et dans le cas d’une rente viagère simple, ce n’est donc qu’au bout de 32 ans que le capital de départ est reconstitué !

Si le décès a lieu avant et c’est le principe de la rente viagère, les fonds restent acquis à l’assureur. Si en revanche vous faites toujours du vélo à 105 ans, c’est l’assureur qui perd. C’est ce qu’on appelle l’aléa viager.

Même si l’avantage premier d’un PERP est son aspect défiscalisant, il est important d’optimiser tous les éléments du contrat pour que l’assuré puisse maximiser les bénéfices de son placement. Il est donc important de se pencher sur les options de sortie en rente et de diminution de l’aléa viager.

La note de nos experts:

Certains contrats prévoient des frais d’arrérages sur les rentes servies, d’autre pas.  Ces frais étant de 3% en moyenne, c’est un point important à vérifier dans les conditions générales de votre contrat, car ceux-ci rallongeront  d’autant l’aléa.

Comment dans ses conditions réduire l’aléa viager d’un PERP ?

C’est ce que nous allons voir avec un exemple pratique. Au préalable, il faut noter que de nouveaux acteurs de l’assurance se sont penchés sur la question et que vous ne verrez pas nécessairement dans votre PERP ces options. Si c’est le cas, gardez en mémoire qu’un PERP est toujours transférable, le options se choisissent au moment de la liquidation du contrat et qu’il est pertinent de faire jouer la concurrence avant de faire un choix irrévocable.

Exemple :

Monsieur X, marié, 55 ans, 2 enfants détenteur d’un PERP dont la somme des versements est à ce jour de 20 000 € verse 200 € par mois. Celui-ci souhaite dans 10 ans récupérer 20 % en capital. En supposant une rentabilité moyenne de 2.50%, nous allons l’illustrer les 4 principales options de sorties possibles.

1. Sortie du PERP en rente viagère simple sans réversion (brute de fiscalité)

Réversion= non

Capital constitutif de la rente : 58 705 €

Sortie immédiate 20 % en capital (on le définira comme un quasi capital) :  11 741 €

Rente annuelle brute : 1477 €

Quasi capital= 20%

Note sur le quasi capital d’un PERP : il s’agit de la somme que le souscripteur sera certain de récupérer en supprimant l’aléa viager. Elle correspond dans cette exemple à la sortie immédiate en capital au moment du déblocage du contrat car c’est le seul élément que le souscripteur est certain de voir se réaliser.

2. Sortie du PERP en en rente réversible à 100% au profit du conjoint (même âge que l’assuré)

L’option de réversion d’une rente de PERP assure le versement de la totalité ou d’une partie de la rente à un bénéficiaire désigné en cas de décès du souscripteur. Cette option transfère l’aléa viager sur le bénéficiaire de la réversion dans la mesure où ce dernier ne peut à son tour choisir un nouveau bénéficiaire. Il n’y a pas de réversion en cascade.

Réversion= 100%

Capital constitutif de la rente : 58 705 €

Sortie immédiate 20 % en capital (on le définira comme un quasi capital) :  11 741 €

Rente annuelle brute : 1187 €

Quasi capital= 20%

3. Sortie du PERP en rente non réversible à annuités garanties

L’option d’annuités garantie dans un PERP :  l’assureur s’engage quoi qu’il arrive et pendant une certaine durée, à verser une rente même si l’assuré décède pendant cette période.  Dans ce cas, le ou les bénéficiaires percevront la rente en lieu et place de l’assuré. Au-delà si l’assuré est vivant, il perçoit celle-ci jusqu’au décès. L’annuité garantie se distingue de la réversion par le fait qu’elle supprime tout aléa viager sur les annuités garanties qui seront toujours reversées.

Annuités garanties = 23 ans

Réversion= non

Capital constitutif de la rente : 58 705 €

Sortie immédiate 20 % :  11 741 €

Annuités garanties brutes= 32 077 €

Rente annuelle brute : 1395 €

Quasi capital= 75%

La note de nos experts:

La réglementation impose aux assureurs de ne pas garantir plus que l’espérance de vie – 5 ans soit 25 ans. En réalité, certaines compagnies ne vont pas au delà de 15 ans alors que d’autres proposeront 20 voire plus !

4. Sortie du PERP en rente décroissante non réversible à annuités garanties

La rente décroissante : l’assuré accepte et choisit à la liquidation une rente qui par convention va diminuer chaque année d’un certain % (dans l’exemple ci-dessous -2 %). Quel intérêt ? La compagnie verse une rente plus élevé dès la première année. Cette baisse sera partiellement compensée par la revalorisation de la rente, celle-ci étant rémunéré comme un fonds euro.

Annuités garanties = 23 ans

Réversion= non

Rente annuelle décroissante= -2%

Capital constitutif de la rente : 58 705 €

Sortie immédiate 20 % :  11 741 €

Annuités garanties brutes= 35 424  €

Total brut= 47 165

Rente annuelle brute : 1906 €

Quasi capital= 80 %

Synthèse de nos 4 exemples de sortie en rente d’un PERP

Ces quelques exemples illustrant les fortes différences des montants de rentes servies en fonction des options choisies par l’assuré.

Si Monsieur X souhaite réduire l’aléa viager et percevoir la rente annuelle la plus élevée, il devra dès lors choisir un contrat lui permettant une sortie en rente décroissante non réversible à annuités garanties (4em exemple).

Si son contrat ne propose pas ces options, il pourra en demander le transfert avant la mise en place de la liquidation de son PERP.

Transfert d’un PERP : mode d’emploi

Il est toujours possible de changer d’assureur avant la liquidation de son  contrat. Quelques points sont néanmoins à considérer. L’établissement détenteur du Perp dispose d’un délai de 4 mois après la réception de la demande de transfert pour verser cette valeur au nouvel assureur. Des frais peuvent être prélevés uniquement si le Perp a moins de 10 ans et ne peuvent excéder 5 %.  En pratique certains établissements gestionnaires acceptent la prise en charge des frais de la compagnie sortante, au cas par cas.

Conclusion sur optimisation de sortie en rente du PERP

Il est très important de poser les bonnes questions :

À son assureur :

  • Mon contrat a-t-il des frais d’arrérages (frais sur les rentes servies) ?
  • A-t-il des annuités garanties et si oui quelle est la durée maximum de ces annuités à 65 ans ?
  • Existe-t-il des options de type rente dégressives ?

À soi même

  • Est-ce que je souhaite une rente réversible au profit de mon conjoint et de mes enfants (rente réversible avec annuités garanties) ?
  • Le contrat actuel conviendra-t-il à mes choix de rentes ?

Frais d’arrérages, annuités garanties de 10, 15 ou 25 ans, table de mortalité … voilà des  sujets ou les principaux  acteurs (en majorité bancaire) sont d’une discrétion de violettes sur les hypothèses à prendre en compte ! Ces derniers  mettent bien souvent en avant la déduction fiscale au détriment du conseil et es options au moment de la liquidation.  Ces enjeux sont pourtant majeurs, car le principe même de la rente est l’aliénation définitive du capital une fois l’option choisie. En conséquence et avant toute prise de décision, prenez conseil auprès d’un expert indépendant qui vous aidera à optimiser votre placement.

 

Pour en savoir plus sur le PERP :



Laisser un commentaire