La vache est-elle l’avenir de l’investisseur ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Investir dans des vaches laitières, voilà une possibilité que même les Américains nous envient. La célèbre Holstein se met à la bourse et vient défier ses homologues traders. C’est une opportunité de diversification qui ne manque pas de charme. Tour d’horizon de cet investissement alternatif hors norme.

Le principe de l’investissement dans des vaches

Par le biais d’un intermédiaire : l’AFIC, vous achetez une ou plusieurs vaches qui sont confiées à un exploitant. À partir de là, votre seul travail sera chaque année de décider si vous souhaitez toucher les fruits de votre investissement ou tout réinvestir dans des vaches : capitaliser. Le but du jeu étant bien évidement de faire grossir votre troupeau jusqu’à atteindre une taille critique où vous pourrez redistribuer sans toucher  au capital.

Au final, c’est un investissement qui ressemble assez à un achat de parts dans une SCPI de capitalisation qui « petit à petit » deviendrait une SCPI de rendement. La comparaison est d’autant plus vraie qu’il s’agit ici d’investir dans des « vaches papiers ». N’espérez pas pouvoir aller rendre visite à vos génisses, ce que vous achetez ce sont des parts d’un troupeau.

Le coût moyen d’une vache est de 1300 €.

La performance

Le site de l’APIC propose un simulateur basé sur une hypothèse rendement annuel de 4.2 % correspondant aux résultats de l’activité.

Si vous décidez de capitaliser, cela signifie que si vous achetez tous les ans 2 vaches pendant 10 ans, à terme vous serez l’heureux propriétaire d’un troupeau de 24 vaches : 4 vaches gratuites.

Ou, en achetant les 20 vaches dès la première année, vous aurez 28 vaches au bout de 10 ans : 8 vaches gratuites.

Historiquement, on constate que ce rendement peut varier de + ou –  1 point.  Notre bonne vieille Holstein se range au niveau de ce que l’on peut attendre d’un fonds en Euro, les problèmes de dettes souveraine en moins.

La fiscalité de la vache

Même si vous choisissez de faire croître votre troupeau, vous devrez déclarer tous les ans les revenus de votre dur labeur.

Il s’agit de bénéfices agricoles imposés au régime réel normal. Il faut comprendre ici qu’il est possible d’amortir le prix d’achat des vaches et de créer un déficit, ce qui est plutôt une bonne nouvelle.

Vous pourrez ainsi déduire le déficit :

  • soit sur les autres revenus nets de votre foyer (salaires, bénéfices commerciaux..), à condition que le total de ces autres sources de revenus soit inférieur ou égal à 106 225 € .
  • soit sur les bénéfices agricoles des six années suivantes quelle que soit l’évolution future des revenus nets de votre foyer, quand le total des autres sources de revenus dépasse 106 225 €.

Source : Impots.gouv.fr

Des alternatives ?

La tendance de l’investissement solidaire a engendré des variantes à l’investissement dans la vache. Il s’agit cette fois plus d’un partenariat que d’un investissement pur. L’idée est d’aider au développement d’une ferme en finançant l’achat d’une vache. Cette fois vous devenez réellement propriétaire d’un animal que vous pourrez aller visiter  en famille, une aubaine pour occuper vos dimanches !

Coté rémunération par contre, il faut effectivement aimer se déplacer à la ferme puisque en retour de votre investissement vous recevrez des bons d’achat ainsi que des réductions à valoir sur les produits de l’exploitation

Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter le site de « La ferme aux quatre étoiles » pratiquant ce genre d’investissement solidaire.

Pour conclure

L’investissement dans la vache est une bonne source de diversification qui vaut la peine de se pencher dessus. Les rendements attendus sont sensiblement les mêmes que ceux d’une SCPI, avec un côté buccolique en prime. En complément, vous pouvez lire notre article sur les possibilités d’investissement dans une forêt, ou celui sur les terres viticoles.

 

BESOIN D'UN CONSEIL PATRIMONIAL ?

Utilisez ce formulaire pour poser vos questions, réponse en 24H sans engagement.