Investir dans le vin, aperçu global du marché

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

C’est l’investissement à la mode, et un véritable relais de croissance pour certains cabinets de gestion de patrimoine largement affectés par la baisse des marchés boursiers. Investir dans le vin se fait à double titre : dans une logique de diversification sur un marché porteur, et comme un investissement plaisir. Mais attention, le vin est bel et bien devenu un actif comme les autres, avec son index semblable au CAC 40, ses bulles spéculatives, ses effets de mode, ses rumeurs de couloirs qui font et défont la côte de certaines bouteilles.

Investir dans le vin, le Liv-ex Wine 100

Le Liv-ex Wine 100 est l’index de référence du vin, il est basé sur l’évolution de la côte des 100 vins le mieux notés, principalement des vins de Bordeaux.

Semblable au CAC 40, les variations de ses courbes s’analysent en termes financiers : on parle de rally, de croissance, de période bull ou bear, mais aussi de krachs. D’ailleurs comme tout indice, il se décline en plusieurs variations : Liv-ex Fine Wine 50, Liv-ex Bordeaux 500, Liv-ex Fine Wine Investables. On est bien loin de l’image de l’image bucolique d’investissement dans un produit du terroir.

Que nous dit l’étude de cet indice ?

Il semblerait qu’investir dans le vin soit certes une activité pouvant offrir des rendements exceptionnels, mais pouvant également entraîner des pertes.

Voici l’évolution de l’indice Liv-ex Wine 100 sur les 5 dernières années :

 

livex_wine-100

Sur 5 ans l’évolution de l’indice est de 38.9 %, soit un rendement annuel de 6.7 %.

L’année qui vient de s’écouler a été particulièrement mauvaise pour les grands vins de Bordeaux, le Liv-ex Wine 100 accusant une baisse de 19.2 %.

Les autres indices suivent la même tendance:

 Index  MOM  YTD 1yr  5yr
Liv-ex Fine Wine 50  -1.8 %  1.3 % -22.8 %  70.1 %
Liv-ex Fine Wine 100  -1.2 %  1.3 % -19.2 %  38.9 %
Liv-ex Fine Wine Investables  -1.0%  0.3 % -17.1 %  55.2 %
Liv-ex Bordeaux 500  -0.2 %  0.3 %  -9.2 %  59.4 %

À noter que le Liv-ex Wine 50, indice qui suit le marché des 50 plus grands vins des dix dernières années, a connu la plus forte décote en 2011 mais affiche un excellent rendement de 70.1 % sur 5 ans, soit tout de même 11 % par an !

Bien sûr il ne s’agit là que d’indices. Personne n’achète effectivement les 100 bouteilles les plus prestigieuses pour investir dans le vin, tout comme personne n’achète les 40 valeurs qui composent le CAC 40. Mais le but des indices est de refléter la réalité d’un marché.

Que s’est-il passé en 2011 ?

Le krach de 2011 trouve son fondement dans un faisceau de facteurs : mauvaise météo, qualité des grands vins de Bordeaux en baisse au regard des années d’exception précédentes, désintéressement des acheteurs chinois pour les vins hors de prix, éclatement de la bulle spéculative.

Un nombre réduit d’acteurs font et défont le marché des grands crus de Bordeaux. Lorsque Robert Parker twitte à propos des vins de 2011 « Ce millésime est sans aucun intérêt, si mon intuition est bonne »  c’est tout le marché qui prend une douche froide. Certains lui reprochent une dégustation et une attitude bien peu professionnelle, mais rien n’y change.

À l’image des grands gourous de la finance, lorsque Robert Parker tousse c’est tout le marché qui s’enrhume. Cette situation ne devrait pas s’améliorer, d’énormes fonds d’investissement consacrés uniquement à l’achat de vin sont en train de se former.

En quantité, les exportations vers la chine continuent de croître. C’est d’ailleurs ce marché qui a tiré les prix vers le haut ces dernières années. Cependant, les consommateurs chinois n’achètent plus à des prix extravagants et se sont détournés des grands crus de Bordeaux laissant les négociants avec des stocks très importants d’invendus.

Le retour en grâce des vins de Bourgogne

Jusque là grands oubliés du marché international, les grands Bourgognes ont largement profité de la perte de confiance dans les vins bordelais. Des domaines tels que Romanée-Conti ont connu une progression de 35 % en 2011. Il est devenu à la mode en Chine d’offrir un grand Bourgogne plutôt qu’un Bordeaux.

Le Liv-ex DRC (Domaine Romané-Conti) a d’ailleurs très nettement surperformé Liv-Ex 100 ces derniers mois, après une croissance annuelle de 37.61 %.

Pour conclure

Investir dans le vin doit se concevoir avant tout comme un placement plaisir diversifiant. Une alternative consisterait à investir dans le vin par le biais de vignes, ou à acheter des parts d’un fonds sur le vin géré par des professionnels. Mais rien ne remplace le bonheur de posséder les bouteilles, et pour ceux que l’investissement dans le vin intéresse il est possible de simplifier les démarches en faisant appel à des intermédiaires.

 

BESOIN D'UN CONSEIL PATRIMONIAL ?

Utilisez ce formulaire pour poser vos questions, réponse en 24H sans engagement.