Faut-il profiter de la hausse du plafond du Livret A ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Depuis le 1er janvier 2013, le plafond du livret A a été augmenté pour atteindre 22 950 euros. En même temps, le gouvernement vient d’annoncer une baisse du taux de rémunération à 1.75 % à partir du 1er février. Le livret A a les faveurs des Français, mais, est-il vraiment judicieux de profiter de cette hausse de plafond ? Quelles alternatives peuvent battre la performance du livret A et sous quelles conditions ?

Inflation réelle vs taux légal de l’INSEE

L’INSEE calcule l’inflation annuelle en comparant l’évolution des prix à la consommation d’un panier de biens et services. Il s’agit donc d’une moyenne, et en tant que telle, elle peut être totalement inexacte lorsqu’on considère des cas particuliers.

En effet, les habitudes de consommation varient d’un individu à l’autre, dès lors l’inflation réellement subie par monsieur A et différente de celle subie par madame B.

D’ailleurs, l’INSEE propose un outil pour calculer l’inflation réellement subie en fonction de ses habitudes :

http://www.insee.fr/fr/indicateurs/indic_cons/sip/sip.htm

L’utilisation de cet outil montre très clairement qu’une personne fumeuse, utilisant une voiture quotidiennement, dont l’alimentation, le loyer et le chauffage constituent les principaux postes de dépense, subie une inflation réelle plus proche des 2.5/3.5 % que des 2 % de moyenne en 2012.

Amputé du taux d’inflation légal, le rendement net du livret A est aujourd’hui de l’ordre de 0.4 %.

Ramené à l’inflation réellement subie par une personne semblable à l’exemple cité précédemment, la performance devient négative, épargner sur un Livret A est donc synonyme d’appauvrissement.

Comment battre le rendement du Livret A ?

Une des spécificités souvent mise en avant pour justifier l’utilisation du livret A est sa rémunération hors fiscalité.

Nous pouvons donc nous interroger sur l’équivalence de rémunération d’autres produits de placement qui sont eux fiscalisés au barème de l’impôt sur le revenu ainsi qu’aux prélèvements sociaux. En effet, depuis la dernière loi de Finances, le prélèvement forfaitaire libératoire a été supprimé, il faut donc intégrer les intérêts de ses placements à sa déclaration de revenus.

Voici l’équivalence Taux Brut / Taux Net pour atteindre la performance du livret A en fonction de votre TMI :

 

IR+PSTaux BrutEquivalent Net

5.5 +15.5 = 21 %

2.22 %

1.75 %

14 +15.5 = 29.5 %

2.48 %

1.75 %

30+15.5 = 45.5 %

3.21 %

1.75 %

41 +15.5 = 56.5 %

4.02 %

1.75 %

45 +15.5 = 60.5 %

4.43 %

1.75 %

Ainsi, en considérant la première tranche d’imposition de 5.5 % auquel sont ajoutés les prélèvements sociaux de 15.5 %, la taxation des intérêts est de 21 %. À ce niveau de taxation, pour obtenir un rendement net de 1.75 %, il faut pouvoir bénéficier d’un rendement brut supérieur à 2.22 %.

Le nouveau système fiscal montre que l’intérêt du livret A devient croissant au fur et à mesure que le TMI augmente. Une personne dans la dernière tranche d’imposition devra pour concurrencer le taux du Livret A trouver un rendement brut de 4.43 %.

Quelques constats sur le Livret A

C’est une enveloppe d’épargne dont l’intérêt augmente en même temps que le taux marginal d’imposition.

Cependant, l’inflation est une donnée à ne pas négliger. Dans le meilleur des cas, le rendement du Livret A est synonyme d’un faible enrichissement, et bien souvent il entraine un appauvrissement.

Dès lors, le livret A ne doit pas être considéré comme un placement, mais comme une épargne précaution. Son utilité principale est de pouvoir disposer d’une somme d’argent facilement accessible pour subvenir aux imprévus.

Le montant de cette épargne de précaution est laissé à la discrétion de chacun. Cependant, dans la majorité cas, l’ancien plafond du livret A de 15 300 euros semblait parfaitement remplir ce rôle.

Quelles alternatives au Livret A ?

L’ensemble des solutions de placements exonérant les intérêts de l’impôt, mais appliquant les prélèvements sociaux, nécessitent une rémunération brute de 2.07 % pour concurrencer le taux net de 1.75 % du Livret A.

A défaut d’exonération d’imposition, il faut que le placement ait un rendement garanti supérieur aux taux indiqués dans le tableau précédent. Ainsi, pour les personnes faiblement imposées, n’importe quel « super livret » bancaire a un meilleur rendement que le Livret A.

Dans tous les cas, l’assurance vie est un challengeur de taille.

Ainsi lorsqu’un contrat a plus de 8 ans, il est possible de retirer en franchise de fiscalité jusqu’à 4600 euros d’intérêts pour un célibataire ou 9200 euros pour un couple. C’est en valeur absolue une somme importante, car tout retrait dans une assurance vie comporte une partie de capital et une partie d’intérêts.

Les fonds en euros les moins performants inclus dans des contrats d’assurance vie ont quand même délivré en 2012 un rendement de 2.7 % net de frais. C’est bien plus que le taux minimal de 2.07 % calculé précédemment pour égaliser le livret A.

En fait, pour un contrat de plus de 8 ans, et à condition de retirer des intérêts inférieurs à l’abattement légal, un rendement brut de 2.7%  représente un taux net de 2.28 %.

Cet argent est généralement accessible en quelques jours depuis n’importe quel contrat d’assurance vie, c’est certes plus long qu’un virement bancaire de compte à compte mais cela reste raisonnable.

Comparaison rendement du Livret A et Assurance Vie

Le tableau suivant prend en compte la fiscalité applicable à un contrat d’assurance vie en fonction de son ancienneté.

Il met en avant le rendement brut que doit délivrer le contrat d’assurance vie pour égaliser la rémunération nette de 1.75 % du Livret A.

Age du contratPFL + PSBrutNet
8 ans avec abattement0+15.5 = 15.5 %2.07 %1.75 %
8 ans hors abattement7+15.5 = 22.5 %2.26 %1.75 %
Entre 4 et 8 ans15+15.5 = 30.5 %2.52 %1.75 %
Entre 0 et 4 ans35+15.5 = 50.5 %3.54 %1.75 %

Un contrat ayant entre 4 et 8 ans doit atteindre un rendement brut de 2.52 % pour égaler la performance du Livret A. Il s’agit précisément du taux moyen anticipé sur les fonds en euros pour 2013.

En conclusion

Trop de français considèrent le livret A comme une solution d’épargne. Facilement accessible, l’argent est généralement crédité en quelques heures sur le compte courant. Et, c’est son principal atout. L’argument du placement « défiscalisé » ne joue que très relativement en faveur du Livret A. En fait, il est surtout exact pour les plus riches et à condition qu’ils décident de ne pas s’orienter vers des supports à la fiscalité privilégiée. Plutôt que de profiter de la hausse du plafond, des solutions alternatives méritent d’être considérées, au premier rang desquelles l’utilisation d’un fonds en euros dans une assurance vie.

BESOIN D'UN CONSEIL PATRIMONIAL ?

Utilisez ce formulaire pour poser vos questions, réponse en 24H sans engagement.