Anticiper sa retraite devient indispensable

Le problème de financement des retraites est démographique : de moins en moins d’actifs financent de plus en plus de retraités, vivant de plus en plus longtemps. Les projections les plus optimistes prévoient un déficit du système de retraite pour 2040 de l’ordre de 25 milliards d’euros. Une situation intenable qui demandera dans le futur de pratiquer des ajustements drastiques notamment sur le niveau des pensions retraite. Il est dès lors essentiel de se préoccuper aujourd’hui du financement de ses vieux jours.

La situation du système des retraites en France

Le système de retraite par répartition présuppose que les pensions des retraités sont financées par la population active. Lors de sa mise en place en France, le rapport actifs/retraités était largement suffisant pour alimenter les caisses. Cependant, la situation s’est vite dégradée.

  • En 1950, on comptait 6 actifs pour 1 retraité
  • En 2000, 4 actifs pour 1 retraité
  • En 2025, les tendances indiquent un rapport de 1.4 actifs pour 1 retraité

Le problème étant que sans une masse de cotisations suffisante, il est impossible de maintenir un système de retraite par répartition.

Tout au plus, peut-on limiter les dégâts en jouant sur trois paramètres :

  • L’âge de départ à la retraite
  • L’augmentation des cotisations
  • Le niveau des pensions

L’augmentation de l’âge de départ à la retraite peut certes permettre de réduire sensiblement les déficits, mais elle ne sera jamais suffisante pour compenser l’augmentation de la durée de vie.

Même après une réforme passant l’âge légal de départ de 62 à 67 ans, les projections des déficits de financement sont les suivantes :

Milliards d’Euros 2010 2015 2020 2025 2030 2035 2040
Chômage à 4.5 % -10.8 -5.5 -2 -2.3 -11.9 -21.3 -24.2
Chômage à 8 % -10.8 -7.3 -9.5 -17.5 -28.5 -39.3 -43.8

Source : Hamayon Stéphane

Les projections de Stéphane Hamayon montrent dans un premier temps l’impact positif d’un retard de l’âge de la retraite. Toutefois, la réalité démographique reprend rapidement le dessus, dans une hypothèse optimiste de chômage extrêmement bas le déficit attendu pour 2040 atteint quasiment 25 Milliards d’euros !

Quelles perspectives pour la retraite demain ?

Deux paramètres sont en prendre en compte : l’allongement de la durée de vie et le taux de remplacement.

Allongement de la durée de retraite

Si autrefois le décompte s’arrêtait au 3ème âge, on parle aujoud’hui du 4ème. Même si le départ à la retraite est retardé, les statistiques indiquent que les perspectives de durée de retraite augmentent.

Cette situation est illustrée par les graphiques ci-dessous, en fonction de l’âge de départ :

perspective-duree-des-retraites-selon-age-liquidation

Ainsi, d’après le rapport 2012 du COR , la durée de la retraite pour un actif cessant son activité à 65 ans en 2050 sera d’environ 25 ans pour une femme, et 20 ans pour un homme.

Les retraités de demain seront en meilleure santé et vivront une longue retraite active et heureuse. Encore faut-il avoir les moyens financiers de le faire.

Diminution du taux de remplacement : dernier salaire/pension perçue

Les perspectives de durée de vie sont plutôt réjouissantes, mais le niveau des pensions l’est beaucoup moins. Le taux de remplacement mesure le rapport entre le dernier salaire perçu, et la pension versée par les régimes obligatoires.

Taux de remplacement retraite

Ce tableau montre que si aujourd’hui une personne de 70 ans,ancien cadre, perçoit une pension représentant 64 % de son dernier revenu brut, dans la même situation un homme ayant aujourd’hui 53 ans pourra espérer à 65 ans percevoir 55 %, et un homme de 23 ans 42 %.

Cerise sur le gâteau ? Les pensions perçues par les femmes sont en moyennes 13 % inférieures à celles perçues par les hommes en raison de carrières souvent plus instables.

En conclusion

Le système est au bord de l’implosion, et d’importantes réformes doivent être effectuées. Ce n’est toutefois pas une nouvelle, puisque dès les années 70 ces problèmes avaient déjà été anticipés. Malgré toutes les promesses des politiques en mal de popularité, il semble utopique de penser que la situation s’arrangera rapidement. Certains devront payer les pots cassés en faisant une croix sur l’espoir de percevoir des pensions suffisantes pour assurer un niveau de vie correct. Reste la possibilité, pour ceux qui le peuvent, de contrer cette fatalité en bâtissant dès aujourd’hui une stratégie d’épargne retraite.



2 commentaires

  • Bonsoir,

    Tu as raison. Notre système de retraite par répartition est sous perfusion et il faudrait une réforme sensible. Malheureusement, la majorité des Français veut son maintien. Nous préférons plutôt rester dans le déni.
    Il faut savoir que les jeunes d’aujourd’hui représentant la croissance de demain, connaissent la précarité : chômage, enchaînement de CDD, problème de logement. Du coup, ils ne peuvent pas voir plus loin dans leur avenir et un moment donné le désespoir leur prend le dessus.

    Pour ma part, j’ai de la chance d’avoir un CDI dans le BTP qui offre un statut protecteur peut-être trop. D’un autre coté, il m’est difficile de voler de mes propres ailes en terme d’évolution salariale et de reconnaissance professionnelle. Concernant ma retraite, il est clair que je ne ferai pas tous les années demandées si le système reste le même.

    Cordialement.

  • Epargne-en-France.com

    Bonjour,

    Merci pour le commentaire !

    Je crois que le problème c’est qu’à un moment donné, que la majorité des Français le veuille ou non, Il n’y aura tout simplement plus d’argent à distribuer.

    Comme dit Buffet « c’est quand la mer se retire que l’on voit qui se baignait nu », alors si on le peut il faut se préparer à cette éventualité.

    Cordialement.

Laisser un commentaire