Girardin Industriel : jusqu’à 30 % de réduction d’impôt

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Très en vogue chez les contribuables fortement imposés, le dispositif Girardin Industriel permet de bénéficier d’une réduction d’impôt pouvant atteindre 120 % du montant de l’investissement. Théoriquement, il est donc possible de diminuer son imposition de 20 %, à condition de respecter certaines règles de plafonnement, et que surtout l’opération se passe bien. Le problème est bien là, l’investissement dans un Girardin Industriel peut être risqué au point de tout perdre : l’argent investi, l’avantage fiscal, et même plus. Avant de signer, mieux vaut bien comprendre cette loi et lire ce qui suit.

Le principe du Girardin Industriel

Investir dans un Girardin industriel revient à devenir actionnaire d’une société en nom collectif (SNC) qui a pour objet l’acquisition de matériels industriels. Il peut s’agir d’un avion, d’une grue, d’un bateau, ou de tout autre équipement industriel.

La société ne va pas directement exploiter ce bien, mais le mettre en location pendant 5 ans auprès d’un exploitant situé dans les DOM-COM. Au terme du contrat de location, la société est dissoute et le matériel cédé à l’exploitant pour 1 € symbolique. Durant toute la période de location, vous ne percevrez pas de loyer, au moment de la vente vous ne toucherez pas d’argent, mais vous bénéficierez au moment de la souscription d’un important avantage fiscal.

Toute opération Girardin industriel supérieure à 250 000 € doit recevoir un agrément soit de la Direction Locale des Services Fiscaux, soit directement de Bercy.

L’avantage fiscal accordé

Pour acheter le matériel, la SNC fait appel à des investisseurs (vous) et à des banques. Généralement 40 % de la somme est amenée par les investisseurs et donc 60 % grâce à un crédit bancaire. Plus l’investissement est réalisé tôt dans l’année, plus la réduction est importante. L’avantage est que cette dernière n’est pas calculée seulement en fonction de votre apport, mais également de l’argent emprunté aux banques.

Exemple :

La part de la SNC vaut 1000, mais vous allez la payer 400. Les 600 manquant pour financer votre part sont empruntés à une banque.

Par contre, la réduction d’impôt dont vous allez bénéficier sera calculée sur la valeur totale de la part : 1000.

  • Si vous bénéficiez d’une réduction de 50 %, alors pour un investissement de 400 vous pourrez déduire de vos impôts 500.

C’est ainsi que se réalise la « plus-value », et c’est là que réside tout l’intérêt de ce type d’opération.

Les plafonnements des niches fiscales et du dispositif

Les réductions d’impôts accordés grâce à l’utilisation de niches fiscales sont plafonnées. Il n’est donc pas possible pour tous les contribuables de défiscaliser l’ensemble de ses revenus.

Pour les revenus obtenus en 2018 le plafond accordé est de 18 000 € net de rétrocession locataire. Le dispositif Girardin Industriel dispose aussi de son propre plafonnement. Pour 2018, la réduction d’impôt maximale accordée ne peut dépasser 40 909€ pour les opérations sans agrément, et 52 941€ pour celles avec agrément.

Les risques du Girardin Industriel

Tous les actionnaires d’une SNC sont tenus solidairement et indéfiniment aux dettes. En cas de défaillance de remboursement de l’emprunt, la charge peut se retrouver sur vos épaules. Il existe heureusement une parade pour annihiler ce risque, grâce à l’inclusion d’une clause de non-recours dans le contrat de financement avec la banque. Assurez-vous que c’est bien le cas dans votre projet.

Enfin, le principe posé par la loi est que pour bénéficier de la réduction d’impôt, le matériel acheté par le la société doit être mis en exploitation pendant 5 ans. En d’autres termes, si la société d’exploitation vient à faire faillite ou si le matériel est cassé : vous serez redevable de la réduction précédemment accordée.

L’administration peut également remettre en cause l’avantage fiscal en cas de fraude de la part du gérant de la SNC : opération fictive ou ne répondant pas aux critères d’éligibilité, escroquerie…

Bien entendu, comprenez par « perte de la réduction d’impôt », la perte de l’ensemble de votre investissement pas seulement de la plus-value ! L’addition peut être vraiment salée.

Pour conclure

L’investissement en Girardin industriel permet une défiscalisation record. Cependant, du fait des montants importants qui sont le plus souvent investis, le marché fourmille de vendeurs de défiscalisation attirés par les commissions. Nul doute que certains sont peu regardants sur la qualité, ou la compétence du monteur du projet. Dans la plupart des cas, ce genre d’investissement fait appel à transfert de confiance : vous faites confiance à votre conseiller, qui fait confiance à la société qui commercialise le produit, qui fait confiance au gestionnaire. Il est primordial de s’adresser aux bons intermédiaires disposant d’une longue expérience dans le domaine. Les chemins de la défiscalisation sont parfois pavés d’embûches.

BESOIN D'UN CONSEIL PATRIMONIAL ?

Utilisez ce formulaire pour poser vos questions, réponse en 24H sans engagement.