Volontariat International en Entreprise, créez des emplois internationaux

Le Volontariat International en Entreprise, ou VIE, a été mis en place en 2000 par décret gouvernemental en vue d’offrir aux entreprises françaises un nouvel outil pour leur développement international. Ce dispositif est basé sur la possibilité de renforcer leurs équipes locales via le recrutement de jeunes diplômés à moindre coût. Ayant déjà abordé précédemment le Volontariat International en Entreprise du coté des postulants, voici ce qu’il faut savoir pour les entreprises.

Le Volontariat International en Entreprise est ouvert à toutes les Entreprises

Cette formule est clairement accessible à toutes entreprises de droit français développées à l’international ou en phase d’implantation ou de prospection à l’étranger.

Le seul critère étant l’obligation d’avoir une « structure d’accueil » à l’étranger pouvant recevoir le VIE durant sa période de volontariat. La notion de structure d’accueil est d’ailleurs élargie au maximum et peut comprendre aussi bien des filiales, des succursales, des bureaux de représentations (antenne commerciale, bureau de liaison…) que des partenaires locaux.

Qui sont les volontaires et comment les recruter ?

Tout Français ou ressortissant de l’Espace Economique Européen en règle avec les obligations civiques de son pays peut se voir attribuer une mission de 6 à 24 mois en tant que Volontaire International en Entreprise ou VIE.

La procédure de recrutement est relativement simple et passe obligatoirement par l’intermédiaire d’Ubifrance qui est seule habilitée à administrer les contrats de VIE. Aussi, l’entreprise n’a aucun lien contractuel avec le VIE, en effet l’entreprise et le Volontaire sont tous deux contractuellement liés à Ubifrance dans le cadre d’une mission précise et définie à l’avance.

Volontariat International en Entreprise, les phases du recrutement

Il faut tout d’abord rentrer en contact avec Ubifrance, afin de valider votre éligibilité au dispositif, un agrément valide 5 ans vous est alors remis. Cette étape peut être très rapide sachant qu’Ubifrance vérifie essentiellement que l’entreprise est bien de droit français et qu’elle est financièrement suffisamment fiable.

Ensuite, un compte utilisateur vous est créé sur le site civiweb via Ubifrance afin de poster votre Offre de VIE et de consulter les profils des postulants. L’offre détaillée de VIE (Intitulé et fiche de poste, compétence et niveau d’étude et expérience requise, pays d’affectation, durée et date de prise de poste) peut également être envoyé à Ubifrance qui se chargera alors de diffuser l’annonce sur civiweb et pourra également, sur demande, filtrer les CV et lettres de motivations des postulants et vous transmettre les plus pertinentes.

Une fois, le VIE recruté, il vous faudra remplir une demande d’affectation sur votre espace civiweb mentionnant notamment : la date de début de mission, le poste du VIE, les taches qui lui sont assignées, la durée, le nom et les coordonnées de la structure ainsi que le responsable du VIE sur place. La convention (incluant vos engagements auprès d’Ubifrance, les textes législatifs relatifs au VIE et le coût prévisionnel de l’opération) vous liant alors avec Ubifrance vous sera envoyée pour validation et signature dans les jours à venir.

Principal avantage du VIE : un coût particulièrement attractif

Le coût inhérent à la mission d’un VIE est composé de 3 types de charges distinctes :

  • L’indemnité mensuelle du volontaire (aucune charge sociale à payer) allant 1 300 euros à 3 800 euros en fonction du pays d’affectation.
  • Les frais de gestion et de protection sociale de 210 à 410 euros mensuels variant en fonction du Chiffre d’Affaires de votre entreprise et du nombre de VIE en mission sur la période (tout pays confondus).
  • Les frais de voyages et de bagages Aller – Retour pour le volontaire.

Certaines charges additionnelles doivent être considérées (qui sont souvent issues de la négociation entre le postulant et l’entreprise) telles que la prise en charge du logement (qui diminuera cependant le montant de l’indemnité), des frais de transport autres que le billet d’avion en début et fin de mission, etc. Il est à noter qu’Ubifrance interdit toute rémunération supplémentaire venant de l’entreprise et destinée au VIE (commission sur ventes, primes, etc.).

De nombreuses subventions peuvent être obtenues

Toutes les Régions (sauf Rhône-Alpes) peuvent accorder une subvention aux entreprises optant pour la formule du VIE. Cette subvention n’est cependant pas homogène entre les régions et dépend de la politique du Conseil Régional en termes de volonté de faciliter le développement international de ces entreprises. Généralement, ce sont une partie des frais liés à l’indemnité du VIE qui peuvent être subventionnés.

Le prêt pour l’export mis en place par OSEO peut également intégrer le cout global de la prise en charge d’un VIE. Le PPE doit cependant rentrer dans une démarche globale de l’entreprise et ne pourra alors pas concerner uniquement le cout du VIE, mais une opération de développement international dans son ensemble. Aussi, il est à noter que ce système de financement via OSEO est clairement un emprunt et non une subvention, il devra donc être remboursé et n’a donc pas la même utilité que les subventions régionales proposées.

Conclusion

Le VIE peut se révéler être un moyen pour compléter une équipe locale déjà en place ou bien mettre en place des opérations de prospection à moindre cout. D’autant plus, qu’en termes de recrutement, le vivier de candidat est aussi qualitatif que quantitatif dans tous les métiers et tous les domaines d’activités.

 



Laisser un commentaire