S’expatrier et investir au Qatar, introduction

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le Qatar est l’un des plus petits pays du Moyen-Orient avec 11 000 Km2. À titre de comparaison, c’est la surface de la Jamaïque, du Kosovo, ou de la Corse. Mais, l’État du Qatar est clairement le pays le plus dynamique de cette région du globe, aussi bien en termes de croissance interne que d’investissement à l’étranger. L’émirat, malgré son jeune âge, est bien rodé à l’intelligence économique et au capitalisme moderne. Il est désormais un acteur omniprésent  dans l’économie mondiale. C’est également une destination qui attire un nombre croissant d’entreprises et d’expatriés, dont je fais partie.

L’herbe est plus verte ailleurs… surtout dans le désert du Qatar !

Le fonds souverain Qatari Investment Authority, présidé par l’Émir héritier Cheikh Tamim Ben Hamad Al Thani, est déjà rentré à divers niveaux, dans le Capital de bon nombre de groupes internationaux. Lagardère ,Vinci, Véolia, Suez, Miramax, Porsche, ou Volkswagen entre tant d’autres. Immobilier, tourisme, tndustrie, finance, humanitaire, art et culture, sport, peu de domaines échappent à ce shopping financier…

Les fonds pleuvent de toutes parts sur le vieux continent : acquisition du Royal Monceau à Paris, du Carlton et du Majestic à Cannes, de la célèbre enseigne Harrods de Londres, du Club de Foot de Malaga suivi en grande pompe par le Paris Saint Germains et les stars que l’on y connait. Mais aussi 50 millions d’Euros d’aide à la valorisation de l’entreprenariat dans les banlieues françaises, comme divers tableaux de maitres (Cézanne, Van Gogh…) qui sont devenus propriété Qatarie. Tout y passe !

Frénésie d’achat ou diplomatie de portefeuilles

L’argent issu du pétrole, du gaz, ainsi que les performances économiques de ses nombreux investissements, font du Qatar l’un des pays avec le PIB par habitant le plus élevé du monde : environ 75 000 $/an/hab et 18 % de croissance en 2011 selon le FMI.

Ceci peut justifier, par bienséance et éducation convenues, mais non désintéressées, les considérations récentes de nos chers dirigeants et institutions internationales envers ce petit rectangle de désert.

Ainsi, performances sportives aidantes ou remerciement chaleureux, le pays est désormais adoubé par les plus grandes instances sportives internationales: coupe d’Asie de football en 2011, mondiaux de handball en 2015, mondiaux d’athlétisme en 2017, et la coupe du monde de football en 2022.

Le Qatar attire les entreprises étrangères et les expatriés

Manifestement, on connait le Qatar bien plus pour ses investissements à l’étranger, que pour sa capacité à attirer les investisseurs et les entreprises.

Pourtant, le pays ne manque pas d’intérêts :

  • économique locale en pleine explosion,
  • absence d’imposition sur les revenus,
  • absence de TVA,
  • impôts sur les sociétés à 10 %,
  • accès aux soins gratuit,
  • stabilité de la monnaie,
  • etc…

Ce n’est pas pour rien qu’un nombre toujours croissant de grandes entreprises françaises s’y implantent : Areva, Alcatel, Total…

Mais, cet eldorado économique n’est pas réservé aux seules multinationales. Le savoir-faire des PME françaises s’exporte également très bien. Le pays a besoin d’experts en construction, en télécommunication,en services, et attire de plus en plus d’expatriés.

A suivre !

Ce billet n’est qu’une introduction. Au fil des articles, je détaillerai les procédures administratives qui permettent l’accès des entreprises étrangères aux divers marchés porteurs du Qatar. Je vous ferai également part de ma situation d’expatrié, tant sur un plan fiscal et financier, que personnel.

BESOIN D'UN CONSEIL PATRIMONIAL ?

Utilisez ce formulaire pour poser vos questions, réponse en 24H sans engagement.