Les diverses zones franches d’exportations du Maroc

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le Maroc est depuis des années une terre d’accueil pour les entreprises internationales. Le faible coût de la main-d’œuvre et les nombreuses incitations fiscales offertes notamment par les zones franches d’exportations en sont les raisons principales.  Les activités autorisées à s’implanter dans les zones franches d’exportations (ZFE) sont déterminées par arrêté conjoint du ministre chargé du Commerce et de l’Industrie et du ministre chargé des Finances, sur proposition de la commission nationale des zones franches d’exportation. En voici la liste.

Tanger Free Zone

Crée en 1999 aux abords de l’aéroport deTanger et à proximité relative de la zone portuaire, Tanger Med est considérée comme l’infrastructure portuaire majeure de Méditerranée et l’une des plus importantes infrastructures à l’international. Sa forte croissance a fait du  Royaume une zone d’échange incontournable entre l’Europe de l’Ouest , du Nord et l’Asie.

À travers son positionnement géographique stratégique  dans l’espace euro-méditerranéen, cette ZFE est un outil essentiel pour le développement régional, grâce à l’émergence d’un pôle de compétitivité attractif et générateur d’emplois. Ce site figure désormais sur le podium des meilleures zones franches pour l’année 2012-2013.

ZFE de Laayoune

Cette zone en construction devrait voir le jour en 2015. Le projet a déjà été examiné et approuvé par la commission nationale des zones franches d’exportation, le 28 février 2008 sera divisé en deux :

  • Laâyoune I sera réalisée sur un terrain d’une superficie de 34,3 ha
  • Laâyoune II occupera une superficie de quelques 109 ha

Les activités concernées sont vastes et englobent les industries agroalimentaires, la congélation, le traitement et la transformation des produits de la mer ainsi que des produits agricoles, les industries des textiles et cuirs, les industries métallurgiques, mécaniques, électriques et électroniques, les industries plastiques et industries d’emballages.

Sont également concernées les activités et services en relation avec la logistique portuaire, les industries de construction et réparation navales, les activités de stockage sous froid des produits de la mer, et les activités commerciales et services liés à l’ensemble de ces activités.

ZFE de Dakhla

La zone franche de Dakhla fera partie du domaine public portuaire et sera d’une superficie de 13,5 ha. Les activités des entreprises qui peuvent s’installer dans cette zone sont les mêmes prévues pour les ZFE de Laâyoune.

ZFE de Kenitra

 La zone franche d’exportation de Kenitra sera réalisée sur un terrain collectif d’une superficie globale de 344 ha, situé entre Kénitra et Sidi Yahya du Gharb. Cette Z.F.E accueillera des activités agro-industrielles, textiles et cuirs, métallurgiques et mécaniques, électriques et électroniques incluant l’industrie automobile, les industries chimiques et para chimiques et les services liés à ces différentes activités.

Il est prévu que la réalisation de cette zone soit accompagnée d’un développement des infrastructures de transports et de logistiques : amélioration du réseau routier, mise en place d’une desserte aérienne ainsi que d’une Ligne TGV Casablanca – Tanger.

Pour conclure…

À l’image des zones dédiées offshore, l’implantation dans une ZFE est incitée par diverses mesures fiscales et facilitée par un système de guichet unique permettant de sous-traiter tout l’aspect administratif de la création de la société auprès de l’organisme concessionnaire de la ZFE. La zone franche d’exportation majeure est de loin la Tanger Free Zone, mais les pouvoirs publics tendent à développer au maximum ce type pour 2015.

 

BESOIN D'UN CONSEIL PATRIMONIAL ?

Utilisez ce formulaire pour poser vos questions, réponse en 24H sans engagement.