Français de l étranger, quel système de retraite pour les expatriés ?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Au moment de quitter la France, la plupart des expatriés se demandent de quelle manière ils peuvent continuer à cotiser au système des retraites. Les Français de l’étranger expatriés dépendent la plupart du temps du régime local d’assurance vieillesse. Dans le meilleur des cas, des spécificités existent permettant de coordonner les cotisations retraite des expatriés. Il n’est pas surprenant de constater que c’est avec les pays européens que les accords sont les plus poussés. Pour les autres pays, le sort de la retraite des expatriés dépend de l’existence ou non d’une convention internationale. Cet article fait le point sur les différents systèmes s’appliquant aux Français de l’étranger, les possibilités de cotisation volontaire, et la retraite par capitalisation.

Les systèmes régissant la retraite Français de l étranger

En guise d’introduction, il est important de rappeler que les réglés énoncées ci-dessous ne concernent que la retraite des expatriés et ne s’appliquent pas aux détachés.

La retraite des expatriés dans l’Espace économique européen ou en Suisse

Les régimes de base entre les pays communautaires sont coordonnés. Les périodes de cotisations sont retenues dans chaque pays. Pour la retraite des expatriés, chaque caisse calculera le montant de la retraite en fonction de sa propre législation : c’est la pension nationale.De plus, chaque caisse établira le montant de la retraite comme si la totalité de la carrière avait été effectuée dans un seul pays, en fonction des seules périodes où sa législation s’applique : c’est la pension proportionnelle. Le plus élevé entre le montant de la pension nationale et la pension proportionnelle sera attribué.

Le cas des Français de l étranger hors Europe et en présence d’une convention bilatérale

Les conventions internationales permettent de coordonner les droits de pension des Français de l’étranger et chaque pays verse la part de retraite qui lui incombe, selon deux méthodes de calculs : soit par totalisation-proratisation (les années de travail accompli dans chaque pays sont totalisées) ou par liquidation séparée des retraites (la retraite est liquidée séparément et est calculée en fonction de la carrière dans chacun des pays.)

Expatriés hors Europe et en l’absence d’une convention bilatérale

Chaque pays va liquidité les droits à la retraite de manière autonome en fonction de la durée du travail réalisée dans le pays : il n’y aura pas de totalisation des périodes de travail. Ceci nécessite une grande attention sur les conditions émises par le pays d’accueil. Certains pays, par exemple, demandent à ce que le bénéficiaire soit résident.

Retraite des expatriés : l’affiliation volontaire à la CFE

Le travailleur salarié peut choisir de cotiser volontairement auprès de la Caisse des Français de l’Etranger ou CFE. La CFE encaisse les cotisations retraite des expatriés, puis le reverse à la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) qui se chargera d’actualiser le compte individuel de l’assuré. Un système de rachat  des droits à l’assurance vieillesse a été introduit par l’article R-742-32 du Code de la Sécurité permettant aux travailleurs salariés ou assimilés ayant exercé une activité hors du territoire français de racheter dans un délai de dix ans suivant le premier jour de l’exercice de leur activité à l’étranger. L’ensemble des cotisations est à la charge de l’adhérent qui peut dès lors se retrouver en situation de cotiser deux fois (dans le pays de résidence et à la CFE) pour sa retraite.

Cotisation à une retraite complémentaire

En France, le régime de retraite complémentaire de l’ensemble des salariés du secteur privé est géré par l’Arrco. Le régime de retraite complémentaire des cadres est géré par l’Agirc. Ces deux organismes ont créé le Service des résidents hors de France (SRHF) afin de renseigner toute personne expatriée. La retraite complémentaire pour le salarié expatrié n’étant pas obligatoire, le salarié peut mettre en place soit par l’intermédiaire de son employeur, soit à titre individuel, un système de cotisation à la CRE pour le régime Arrco et à l’Ircafex pour le régime Agirc.

La retraite des expatriés par capitalisation

La retraite par capitalisation consiste tout simplement à mettre de l’argent de côté en prévision de la fin de son activité salariée. Que ce soit parce qu’on croit que le système de retraite actuel est promis à un avenir incertain, ou parce qu’on est expatrié, capitaliser en vue de sa retraite prend tout son sens. En tant que non-résident, la plupart des véhicules classiques d’investissements sont disponibles : assurance vie, compte titre, immobilier physique ou papier. La règle d’or en pour sécuriser ses investissements est la diversification. Il s’agit juste d’appliquer la maxime populaire : ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

Pour aller plus loin

La retraite des expatriés est un sujet complexe. Les Français de l’étranger résidant hors de l’Europe se heurtent souvent à des lourdeurs administratives. Reste que, comme pour les résidents français, la retraite par capitalisation semble inévitableDe nombreuses solutions existent, toutes ne sont accessibles aux non-résidents, mais ces derniers disposent d’un avantage de taille. En effet, la fiscalité spécifique des Français de l’étranger permet souvent d’améliorer le rendement des placements.

BESOIN D'UN CONSEIL PATRIMONIAL ?

Utilisez ce formulaire pour poser vos questions, réponse en 24H sans engagement.