Troisième critère de sélection : une conjoncture qui n’est pas défavorable

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Toujours dans le souci de pouvoir dormir tranquille pendant les quelques années où nous allons porter des titres, l’horizon de long terme doit être finement pesé. Après avoir réfléchi aux métiers dans lesquels nous croyons, une analyse de la conjoncture de chaque métier, de chaque valeur, complète la présélection.

Un critère subjectif

Encore une fois, nous devons nous en remettre à notre bon sens, notre appréciation du contexte. Les opérateurs téléphoniques vendent un service très prisé, mais l’arrivée de Free Mobile va-t-elle permettre de préserver les marges ? France Telecom sera-t-elle aussi impactée que les autres, dès lors qu’elle loue son réseau au nouvel entrant ? Ce dernier tiendra-t-il longtemps ses prix cassés tandis qu’il s’est engagé à couvrir le territoire avec son propre réseau à brève échéance ?

Neopost fournit des machines à affranchir du courrier postal et rend ses clients captifs de son offre de service et de maintenance ; mais le courrier papier n’est-il pas sur le déclin avec une dématérialisation de plus en plus poussée ?

Suis-je prêt à conserver cette action dix ans ?

Toutes ces questions de conjoncture doivent s’entendre à un horizon de moyen à long terme. Elles permettent de répondre à l’unique question, globale, qui est : suis-je prêt à conserver cette action dix ans ?

La durabilité du modèle

Ce billet, encore une fois assez court puisqu’il renvoie le lecteur à ses propres réflexions, est malgré tout l’occasion d’insister sur un point important : nous ne recherchons pas les futures success-story de la côte, mais bien des entreprises qui ont une activité stable et pérenne. La croissance de notre portefeuille et de nos revenus viendra, non pas de la progression du cours des titres, qui conserve une composante de loterie, mais de l’accroissement du nombre de titres détenus par des permutations. Encore faut-il que ces titres aient un intérêt patrimonial à être possédés.

En conclusion

La confiance initiale dans sa watching-list permet d’aborder sereinement la partie automatique de la méthode sans se demander sans cesse si la baisse du cours reflète un désaveu de ses critères de sélection ou si la hausse récente invite à prendre ses bénéfices. La séparation en deux phases bien cloisonnées (une présélection de titres, des opérations dans la liste de titres présélectionnés) est fondamentale : les critères subjectifs évoqués ici et lors du billet précédent, répondent définitivement à des questions d’opportunité ; ensuite, l’on ne fait qu’assumer ses choix.

Retrouvez ici l’ensemble des articles sur l’investissement dans les dividendes.

BESOIN D'UN CONSEIL PATRIMONIAL ?

Utilisez ce formulaire pour poser vos questions, réponse en 24H sans engagement.