Présélection des sociétés : une marge élevée

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Pour sécuriser le versement de dividendes, il convient de s’assurer que l’entreprise visée dispose d’une marge confortable. Un critère sur la profitabilité semble nécessaire.

Imaginons qu’une entreprise génère des profits assis sur 1% de marge. La moindre dérive de la conjoncture peut faire passer les comptes dans le rouge et conduire à un exercice en perte, entraînant la coupure du dividende. Et ce d’autant plus que la marge est exposée aux effets de ciseaux : la hausse des coûts des fournitures et la baisse des ventes et/ou des prix de vente.

C’est pourquoi une marge élevée met à l’abri d’une mauvaise surprise, même si elle n’évite pas les tensions : une entreprise qui marge à 20% peut supporter une baisse de un point de rentabilité ; ça serait plus critique pour un titre qui marge de 3%.

Cet article constitue la conclusion de la série de billets de Jean-Marc sur sa méthode d’investissement.

Marge brute, nette ?

La marge opérationnelle peut être regardée : elle mesure la rentabilité de l’activité courante. L’idéal est de disposer d’une marge opérationnelle d’au moins 20% et de la maintenir au fil des exercices.

La marge nette, consistant en un ratio entre le bénéfice net et le chiffre d’affaires, est beaucoup plus tendue ; 5% de marge nette est plutôt confortable. Attention toutefois au résultat net qui, comme chaque analyste le sait bien, peut présenter quelques « maquillages » notamment à caractère fiscal. Par exemple, des provisions pour un risque quelconque (et avéré ?) viennent en diminution du bénéfice taxable. La tentation est grande de provisionner et le lecteur perspicace analysera finement les postes du compte de résultat.

Toutefois, la marge nette reste un paramètre important car c’est à partir du bénéfice que la société peut verser des dividendes sans altérer les comptes de la société.

En conclusion

A l’issue de ces quelques billets sur la présélection de valeurs, il convient d’insister sur le caractère arbitraire et limité d’une approche de présélection systématique.

Tout d’abord, certains secteurs margent beaucoup, comme la technologie et le luxe, tandis que d’autres sont traditionnellement tendus comme les matières premières. Une sélection sur une grille commune amènera à écarter certains secteurs. Toutefois, les critères rapportés ici ont été calés sur une approche patrimoniale de l’investisseur et non pour atteindre une diversification sectorielle.

Ensuite, ces critères ne sont pas omnipotents. Certains aspects comptables sont à surveiller de près. Par exemple, la société Aurès Technologies, traditionnelle valeur de rendement, a subi une hausse de son besoin en fonds de roulement équivalente à l’enveloppe consacrée aux dividendes sur l’exercice 2011 ; le dividende versé en 2012 a été amputé de moitié sans autre sommation…

Enfin et surtout, les rendements élevés sont parfois des opportunités mais souvent des impasses : aucune société avec une grande visibilité, sans risque particulier, inspirant toute confiance, ne cote à des cours qui correspondent à des rendements très supérieurs aux placements alternatifs peu risqués. Il faut toujours se poser la question du ‘pourquoi’. L’exemple du titre Pages jaunes est éloquent : le rendement a été supérieur à 10% pendant plusieurs exercices, mais le dividende était régulièrement en diminution (donc le cours aussi) jusqu’à l’exercice 2011 où il a été supprimé, ce qui a précipité la chute du cours.

Il convient donc de douter, toujours douter, mais ne pas trembler, car le but est bien de miser sur des titres conjoncturellement bradés qui coteront un jour à leur ‘juste’ valeur, permettant de les arbitrer pour une autre dont la cotation est massacrée.

Comme toutes les approches boursières, cette méthode reste risquée même si les titres tels que présélectionnés constituent, en soi, un portefeuille notoirement solide.

Retrouvez ici l’ensemble des articles sur la technique d’investissement dans les dividendes.

 

BESOIN D'UN CONSEIL PATRIMONIAL ?

Utilisez ce formulaire pour poser vos questions, réponse en 24H sans engagement.