L’endettement d’une société, l’étude du passif

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Dans la comptabilité française, le passif d’une société se divise en deux parties : les capitaux propres et les dettes. Toutefois, les normes comptables peuvent varier d’un pays à l’autre, aux États-Unis le passif d’une société sera présenté en fonction de son degré d’exigibilité : courant ou non courant. De manière générale, le passif est constitué de tout ce qui permet à l’entreprise de se procurer ses actifs : emprunts auprès des banques, apports en capitaux, dettes envers les fournisseurs, provisions sur les bénéfices, etc. C’est pourquoi en comptabilité l’égalité :  » passif = actif  » sera toujours vérifiée. Etudier le passif d’une société est essentiel à l’investissement dans la valeur, surtout dans les périodes de crises.

Les dettes

Distinguer les dettes à court terme de celles à long terme permet une meilleure analyse de la situation patrimoniale d’une société.

Les dettes courantes sont celles qui devront être acquittées dans un délai inférieur à un an, une entreprise doit pouvoir entièrement les financer grâce à son actif courant. Pour s’assurer que c’est bien le cas, on calcule le ratio de liquidité générale en divisant l’actif courant par les dettes courantes. On considère généralement qu’une société devrait avoir un ratio de 2, c’est-à-dire qu’elle dispose de deux fois plus d’actifs courants que nécessaire pour payer ses dettes à court terme. De plus, il est intéressant d’observer son évolution sur plusieurs années, un ratio qui tendrait à constamment diminuer peut indiquer un problème croissant de liquidité.

Par opposition, les dettes non courantes sont celles qui devront être acquittées dans un délai supérieur à un an. Les actifs immobilisés d’une société devraient être financés par son passif immobilisé. Pour s’assurer que cette égalité est bien respectée, il faut déterminer le montant du fonds de roulement en soustrayant l’actif immobilisé avec le passif immobilisé (capitaux propres et dettes à long terme). Le fonds de roulement doit être positif, si ce n’est pas le cas cela indique que l’entreprise finance son actif à long terme avec son passif à court terme. Cette situation est dangereuse pour la pérennité de l’entreprise. Enfin, comme pour les dettes courantes, les dettes à long terme peuvent être comparées à l’actif sur plusieurs années. Des dettes augmentant plus rapidement que les actifs peuvent indiquer que l’entreprise doit emprunter constamment pour rester en activité.

La solvabilité

Il existe plusieurs mesures de la solvabilité d’une entreprise.

On calcule généralement le ratio d’endettement net (ensemble des dettes moins la trésorerie) par rapport aux fonds propres. On considère que ce ratio doit être inférieur à un, si ce n’est pas le cas c’est un signe que la société est construite plus sur des dettes que sur ses fonds propres. Ce faisant, la société se place dans une situation délicate mais non inextricable, emprunter n’est pas forcément problématique si les dettes contractées engendrent un retour sur investissement supérieur aux charges.

Il est également possible de calculer le ratio d’indépendance financière, qui consiste à diviser les fonds propres par l’ensemble du passif. Le résultat est généralement exprimé en pourcentage, et on considère comptablement qu’une entreprise doit avoir un ratio d’indépendance au moins égal à 50 %.

La solvabilité d’une entreprise est un critère essentiel de l’investissement. Le fait est que les bonnes affaires se trouvent souvent dans des sociétés en crise. S’assurer de leurs capacités à survire suffisamment longtemps pour pouvoir redresser la situation est primordial. De plus, en cas de mise en liquidation volontaire une bonne solvabilité garantit que l’entreprise pourra prendre le temps de négocier au mieux sa sortie en tirant un maximum de la négociation de ses actifs.

L’attitude de l’investisseur dans la valeur

L’investisseur dans la valeur déduira de son calcul de l’actif, l’ensemble de ces dettes qu’elles soient courantes ou non. Le cas échéant, il cherchera dans les documents financiers la présence de toutes les dettes, y compris celles ne figurant pas dans le bilan tel que les engagements pris pour la location des divers éléments.Il est primordial de s’assurer que l’entreprise dispose des capacités pour survivre, ne serait-ce que quelques années.

Lire la suite : Investissement dans la valeur, quand chercher ?

Voir le sommaire du dossier : L’investissement dans la valeur

BESOIN D'UN CONSEIL PATRIMONIAL ?

Utilisez ce formulaire pour poser vos questions, réponse en 24H sans engagement.