Préparer votre retraite

La perte moyenne de revenus au moment du départ en retraite est d’environ 50 % pour un homme et de 60% pour les femmes du fait de carrières souvent interrompues par l’arrivée des enfants. Toutes les analyses pointent vers une aggravation de cette situation. Il y a donc urgence à mettre en place une stratégie d’épargne retraite pour pouvoir conserver son niveau de vie.

  • Création de compléments de revenus
  • Optimisations fiscales
  • Mise en place de mesures de protection patrimoniales
  • Anticipation des transmissions

Il n’est jamais trop tôt pour préparer sa retraite. En plus des solutions d’épargne et de prévoyance, l’option pour des contrats de type PERCO ou Madelin peuvent dès aujourd’hui avoir un impact majeur sur la fiscalité de vos revenus d’activité.

RECEVOIR NOS OFFRES

Complétez le formulaire pour être mis en contact avec un de nos gestionnaires de patrimoine.

*
PERCO
Contrat
Article 83
Madelin
Location
Meublé
SCPI de
Rendement
Assurance Vie

Conserver son niveau de vie

Le système de retraite par répartition français est financé grâce aux cotisations prélevées sur les salaires et rémunérations.  Son fonctionnement repose donc sur le rapport entre cotisants et retraités.  Si on a jusqu’en 2000 on pouvait encore compter 2 actifs pour 1 retraité, ce taux en 2017 n’est plus que de 1.7 actif pour 1 retraité et toutes les projections s’accordent à dire que ce chiffre devrait encore diminuer d’ici 2060 pour atteindre 1.3 actif pour 1 retraité.

Dans le système actuel, ce problème de financement entraînera une baisse des pensions et un appauvrissement des retraités. C’est ailleurs ce que démontre l’étude réalisée par le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) en 2017.

Projections réalisées par le rapport 2017 du COR

  • Pension moyenne de l’ensemble des retraités, relative au revenu d’activité moyen
  • Rapport entre le nombre de cotisants et le nombre de retraités

Dans la pratique, les solutions envisagées pour tenter de sauver le régime de retraite par répartition sont les suivantes :

  • Augmenter l’âge moyen de la retraite
  • Augmenter les taux de cotisations
  • Baisser le niveau relatif des retraites

En d’autres termes, payer plus, travailler plus longtemps, pour au final percevoir une pension moindre.

La perte moyenne de revenu au moment du départ à la retraité est à l’heure actuelle d’environ 50%, toutes les projections pointent vers un aggravement de le situation. Dès lors, il devient primordial d’anticiper la faillite du système par répartition en se tournant vers les solutions de retraite par capitalisation afin de permettre aux futurs retraités de conserver leur niveau de vie.

Présentation des principales solutions de retraite par capitalisation

Il s’agit à première vue de l’investissement idéal pour créer un complément de revenu pour la retraite. Le financement par le biais d’un crédit, couplé au mécanisme d’amortissement, permet de réaliser une opération fiscalement neutre pendant un grand nombre d’années.

Les loyers assurent un rendement constant et sont indexés sur l’inflation. C’est donc un placement qui garantit une protection contre l’érosion monétaire.

De plus, les placements dans de l’immobilier meublé permettent de percevoir des loyers entièrement défiscalisés pendant un grand nombre d’années. Un solution idéale pour la retraite à condition de choisir soigneusement les programmes immobiliers.

Cet investissement doit être encadré par un professionnel compétent, surtout lorsqu’il s’agit d’un « placement retraite ». En effet, en matière de transmission, le décès éventuel de l’investisseur peut avoir des conséquences financières importantes : le remboursement du crédit par l’assurance sera taxé selon le taux marginal d’imposition, et il en sera de même en cas de plus-value latente.

Certaines précautions doivent être prises pour se protéger contre ces effets indésirables, comme faire attention à l’âge de l’investisseur et à son état de santé, considérer l’utilisation d’une SARL de famille, et répartir l’assurance emprunteur sur deux personnes.

Investir dans l’immobilier par le biais de SCPI est une solution retraite cohérente. Le principe est de souscrire à des parts de sociétés civiles ayant en gestion un parc de biens immobiliers le plus souvent professionnels.

Les SCPI permettent à l’investisseur de se dégager de toutes contraintes de gestion tout en percevant des revenus réguliers sous forme de loyers. En tant que tels, ces revenus sont donc réguliers et protégés de l’inflation.

Ce patrimoine immobilier peut être constitué à crédit, et présente l’avantage de pouvoir faire l’objet d’une grande diversification. En effet, l’investissement minimal dans une SCPI est de quelques milliers d’euros ce qui autorise la construction d’un portefeuille de plusieurs SCPI.

Dans une optique retraite, il peut être intéressant de procéder à l’achat de SCPI démembrées.

L’investisseur achète la nue-propriété avec une décote pour une période de 10 ou 15 ans. Pendant ce laps de temps, il ne perçoit pas de loyers et n’a donc pas à subir la lourde fiscalité sur les revenus fonciers qui s’ajoutent aux revenus de l’activité professionnelle.

Au moment du départ à la retraite, le démembrement prend fin, l’investisseur devient plein propriétaire et commence à percevoir les loyers. Ces derniers sont imposables au barème de l’impôt sur le revenu, mais ce dernier est largement diminué en raison de la fin de l’activité professionnelle.

Enfin, il est également possible de procéder à l’achat de parts de SCPI au sein d’un contrat d’assurance vie. L’avantage ici est fiscal : application de la fiscalité de l’assurance vie sur les revenus perçus, application de l’abattement issu du droit des assurances en matière de succession.

Le PERCO est outil de préparation à la retraite utilisé en entreprise. Il est plébiscité en raison de son efficacité et de sa flexibilité.

Durant la phase de constitution, le PERCO est alimenté à la fois par l’effort d’épargne de son détenteur, ainsi que grâce à la participation de son entreprise sous la forme d’un abondement. Cet abondement est exonéré de charges et n’est pas considéré comme un revenu au niveau fiscal.

Pour une entreprise, c’est donc une manière extrêmement efficace de distribuer un supplément de revenu en minimisant le coût. Pour le titulaire du plan, le bonus accordé grâce au mécanisme d’abondement est extrêmement intéressant. L’épargne versée sur un PERCO est bloquée jusqu’au départ à la retraite.

Au moment de l’ouverture des droits au régime obligatoire d’assurance vieillesse, les sommes détenues au sein du PERCO peuvent être récupérées sous forme de capital ou de rente. Les rentes sont imposables selon le régime préférentiel des rentes viagères (abattement de 60 %). Si la sortie se fait en capital, les intérêts sont exonérés d’imposition.

Outre les avantages évoqués ci-dessus, le PERCO est plébiscité en raison de sa disponibilité. En effet, le blocage de l’épargne jusqu’à la retraite n’est que théorique. De nombreuses possibilités de déblocage anticipé existent, on peut citer notamment l’acquisition de la résidence principale.

Le contrat Article 83 est un dispositif d’épargne retraite souscrit par une entreprise pour ses salariés. Son fonctionnement repose sur la mise en place de cotisations périodiques obligatoires et volontaires, qui au moment du départ à la retraite permettront au titulaire du contrat de bénéficier d’une rente viagère.

L’argent est placé sur une assurance vie de groupe qui permet d’investir sur des fonds en euros sécurisés ou des fonds dynamiques.

À la fois l’entreprise et le salarié bénéficient d’avantages fiscaux les incitant à alimenter le contrat.

Pour l’entreprise, les cotisations versées sont exonérées de charges sociales. C’est donc un moyen très intéressant de fournir un complément de revenus à moindre coût. Pour le salarié, les cotisations placées par l’entreprise ne sont pas soumises à l’impôt sur le revenu, et les cotisations volontaires sont déductibles du revenu global.

Une des caractéristiques du contrat Article 83 est de ne permettre qu’une sortie en rente et uniquement au moment de la retraite. En d’autres termes, il n’est pas possible de récupérer le capital sauf en cas d’application d’un des 5 cas de déblocage anticipé.

Toutefois, le contrat Article 83 reste transférable d’une entreprise à l’autre en cas de changements dans la vie professionnelle du salarié.

Le contrat Madelin est un outil de diversification de l’épargne retraite plébiscité par 58 % des TNS.

Son fonctionnement repose sur des cotisations obligatoires et facultatives qui vont venir alimenter un contrat d’assurance vie. L’argent ainsi épargné est investi sur des fonds sécurisés ou des fonds dynamiques.

Au moment du départ à la retraite le souscripteur va percevoir une rente viagère qui est calculée en fonction de l’épargne accumulée sur le contrat, et de la table de mortalité.

Le calcul du taux de rente peut s’effectuer au moment l’adhésion, à chaque versement, ou au moment du départ à la retraite. L’option pour un contrat garantissant un taux de rente à l’adhésion semble être le plus profitable en raison de l’allongement de l’espérance de vie qui entraîne une diminution du taux annuel de rente.

Investir sur un contrat Madelin permet de bénéficier d’avantages fiscaux.

Dans un premier temps, les cotisations versées sont déductibles des revenus globaux. Cette déduction fiscale aura d’autant plus de poids que le contribuable se situe dans une tranche élevée d’imposition. Une partie des cotisations est donc remboursée par l’économie fiscale réalisée.

Dans un second temps, les versements effectués par le souscripteur sortent de l’assiette taxable de l’ISF. De même, la rente perçue au moment de la retraite ne sera pas non plus comptabilisée pour l’imposition sur la fortune.

Les principales contraintes entourant le contrat Madelin sont le blocage de l’épargne jusqu’à la retraite, et l’absence de sortie en capital.

Vous cherchez un gestionnaire de patrimoine proche de chez vous ?